ARTICLE

Pranayama: quelques techniques respiratoires

Le Pranayama est un exercice respiratoire qui permet de contrôler notre souffle et donc notre mental. En effet, avez vous remarqué votre respiration qui s’accélère lorsqu’un stress, une peur surgissent? D’ailleurs, l’une des définitions du yoga est l’arrêt des perturbations mentales (d’après un texte ancien de plusieurs siècles, les Yoga-Sutras de Pat-Anjali) que l’on peut atteindre par la maîtrise du souffle. Le Prana n’est pas seulement l’air qui circule en nous mais aussi l’énergie vitale qui nous porte. On peut donc améliorer sa circulation et aller purifier en profondeur notre corps.

Voici quelques Pranayama que nous avons pratiqués ensemble. Si vous n’êtes pas sûrs de vous, ne pratiquez pas seul-e au risque d’aggraver une situation. Préférez reposer la question s’il vous plait.

  • Ujjayi: le souffle de la victoire. On peut imaginer que l’on resserre un peu la gorge pour diminuer le passage de l’air. L’Ujjayi se place tout au long de la pratique posturale, hormis lorsqu’on s’observe et que l’on entre en relaxation/méditation. Il permet d’être en conscience avec son souffle, de rester centrer dessus.
  • Chandra Bhedana: Chandra est la Lune. On vient activer ici le côté gauche, lunaire, féminin, plus calme pour apaiser le mental, et le corps. Pour cela, on inspire narine gauche et on expire à droite en utilisant la pince de la main droite (Mriggi Mudra- index et majeur dans la paume de la main). La durée peut être de 12 respirations ou une dizaine de minutes.
  • Surya Bhedana: la perforation du Soleil. C’est le côté droit, masculin, dynamique, tourné vers l’action, que l’on stimule. On inspire à droite, et on expire à gauche avec Mriggi Mudra. L’effet dynamisant permet de se mettre dans l’action et aide à la digestion. La durée peut être de 12 respirations ou une dizaine de minutes.
  • Kapalabhati:  Kapala signifie « crâne » , bhati signifie « lumière ». On vient expirer fortement et l’inspire se fera passivement. Les organes vont être massés et les sinus nettoyés. On peut pratiquer 3 séries de 1 minute avec de profondes respirations entre. On peut varier l’intensité et le rythme (rapide et moins intense, lent et plus fort).

La main gauche est utilisée pour le système de comptage et avec la main droite nous pratiquons la pince « Mriggi mudra » afin de boucher les narines. Il est important de garder un souffle fluide, de ne pas être à court d’air ou d’avoir une respiration trop forte. On tend vers l’allongement de la respiration, un souffle plus lent et fin. Le pranayama nécessite un accompagnement si vous souhaitez l’approfondir afin de ne pas créer de désordres internes.

Au plaisir de se retrouver, bonne pratique!

Emmanuelle

En image, Krishnamasharya, le maître de la lignée dont je découle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.